phising.

Comprendre et se prémunir contre l'hameçonnage

Le phishing, également connu sous le nom d’hameçonnage, est une méthode qui consiste à tromper les utilisateurs pour qu’ils partagent leurs mots de passe, numéros de carte de crédit et autres informations sensibles en se faisant passer pour une institution de confiance par e-mail ou téléphone.

Les différentes formes de phishing et leurs cibles

Il existe plusieurs types de phishing, chacun ayant sa propre approche pour tromper l’utilisateur et obtenir ses informations. Parmi ces techniques, on retrouve notamment :

Le spear phishing ciblé

Contrairement au phishing classique qui s’adresse à un large public, le spear phishing vise des individus ou organisations spécifiques et utilise des informations personnelles pour personnaliser la tentative d’hameçonnage afin qu’elle paraisse plus convaincante.

Le pharming et la redirection d’URL

Cette technique consiste à rediriger les internautes vers de faux sites internet en altérant les serveurs DNS ou en infectant leur ordinateur avec des logiciels malveillants. Lorsqu’un utilisateur tente d’accéder à un site légitime, le pharming le conduit à un site frauduleux qui imite l’apparence du vrai site, permettant ainsi de recueillir ses informations confidentielles.

Les techniques avancées d’hameçonnage : whaling et vishing

Le whaling est une forme de phishing qui cible les hauts dirigeants et cadres d’entreprise en vue de voler leurs informations financières ou professionnelles. Quant au vishing, il s’agit d’une variante du phishing utilisant le téléphone pour extraire des informations sensibles auprès des victimes.

L’évolution du phishing et ses conséquences

Depuis l’apparition du terme « phishing » en 1996, cette méthode continue de se développer et de devenir de plus en plus sophistiquée. Au fil des années, les cybercriminels ont ciblé plusieurs catégories d’utilisateurs, notamment les clients d’institutions bancaires, les utilisateurs de réseaux sociaux et les détenteurs de comptes Paypal.

Des exemples célèbres d’incidents liés au phishing incluent le vol de 110 millions de données clients chez Target en 2013, ainsi que des attaques de phishing soutenues par des États visant des comptes Gmail d’officiels américains, sud-coréens et d’activistes politiques chinois en 2011.

Comment se protéger contre le phishing ?

Il est essentiel de rester vigilant et de prendre certaines précautions afin de se prémunir des tentatives de phishing. Voici quelques conseils :

– Ne cliquez pas sur les liens contenus dans des e-mails non sollicités ou suspects. Si vous avez un doute sur l’authenticité d’un message, contactez directement l’institution concernée par téléphone ou en vous rendant sur son site officiel.

– Protégez votre ordinateur et vos informations personnelles avec des logiciels de sécurité. Installez un antivirus, un pare-feu et d’autres outils de protection pour réduire les risques liés au phishing.

– Soyez attentif aux signes révélateurs d’un e-mail frauduleux, tel qu’un niveau inapproprié de politesse ou une formulation étrange. Les erreurs grossières de syntaxe sont parfois volontaires de la part des auteurs de phishing afin de ne toucher que les personnes plus crédules.

– Ne partagez pas vos informations sensibles en ligne sans vérifier l’authenticité du destinataire, surtout si cela vous est demandé de façon suspecte ou peu habituelle.

En suivant ces recommandations et en adoptant une attitude prudente face aux communications en ligne, il est possible de limiter les risques liés au phishing et de protéger ses informations et ses comptes personnels.

hameconnage

Hameçonnage par ingénierie sociale

Les techniques d’ingénierie sociale visent à manipuler psychologiquement les individus afin qu’ils agissent sans réfléchir. Dans le cas de l’hameçonnage, cela se traduit principalement par l’envoi de courriels frauduleux incitant les utilisateurs à agir rapidement. Plus le message imite parfaitement la communication officielle de l’entreprise ciblée, plus il aura de chances de réussir son escroquerie.

Les objectifs des attaquants varient, mais ils consistent généralement à voler des informations personnelles ou des données d’identification. Une attaque par hameçonnage peut être facilitée en communiquant un sentiment d’urgence dans le message, qui menace la suspension du compte, la perte d’argent ou la perte d'emploi pour l’utilisateur ciblé.

Phishing par usurpation d’identité

L’une des techniques les plus fréquemment utilisées dans les attaques par hameçonnage est l’usurpation d’identité. Ici, les pirates informatiques se font passer pour une organisation ou une personne connue et digne de confiance afin de tromper leurs victimes. Ils peuvent ainsi créer un nom de domaine similaire à celui de l’entreprise visée, copier le logo de la société ou même utiliser les noms véritable des employés dans leurs courriels frauduleux.

Les chiffres alarmants du phishing

En 2020, 241 324 attaques par hameçonnage ont été signalées, soit une augmentation estimée de 110 % par rapport aux 114 702 cas déclarés en 2019. Aux États-Unis, 75 % des personnes interrogées ont indiqué avoir déjà été victimes d’une attaque par hameçonnage. De plus, 96 % de ces attaques sont transmises par courriel. Le coût moyen pour une organisation après être tombée victim to an attack by phishing is estimated at $3.92 million.

Comment se protéger contre l’hameçonnage ?

Pour limiter les risques liés au phishing, il est important de mettre en place des mécanismes de défense adaptés. Cela peut inclure :

– La formation et sensibilisation des employés aux menaces du phishing et aux bonnes pratiques à adopter pour s’en prémunir.

– L’utilisation d’outils de sécurité informatique comme des antivirus, des pare-feux ou des logiciels de détection d’hameçonnage.

– La mise en place de processus internes pour vérifier rapidement et efficacement l’authenticité des courriels reçus (par exemple, en contactant directement la personne ou l’organisation prétendument à l’origine du message).

Les réflexes à adopter face à un courriel suspect

En cas de doute sur l’origine d’un courriel, il est conseillé de :

– Vérifier avec attention les éléments suivants : caractéristiques visuelles (logo, signature, etc.), adresse e-mail de l’expéditeur, liens contenus dans le message, orthographe, et cohérence générale du texte.

– Vérifier auprès de la personne ou de l’organisation supposée vous avoir envoyé l’e-mail afin de confirmer sa validité. Si l’e-mail se révèle être frauduleux, cela permet également de signaler l’attaque au service informatique ou aux autorités compétentes.

Il ne suffit que d’une seule personne tombant dans le piège de l’hameçonnage pour provoquer une violation de données grave. C’est pourquoi, il est primordial de développer une culture de vigilance au sein des organisations et d’apprendre à identifier et à gérer ces menaces en constante évolution.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

t2image10
detection phising

Phising

Table des matières
Notez cet article !
Retour en haut